• CycleHope

Paroles de sages (citations extraites du documentaire En Quête de Sens)

Citations issues des témoignages recueillis dans le documentaire En quête de sens, réalisé par Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière.

Pour visionner le documentaire (disponible à prix libre), cliquez ICI


Le confinement étant une période propice à l'éveil des consciences, nous avons eu envie de partager la retranscription de ces paroles de sages pour que vous puissiez vous y référer, y revenir quand bon vous semblera. Bonne éveil à tous, paix sur vous.


« Ne plus se considérer comme des consommateurs mais des producteurs/créateurs de valeurs et de savoirs-faire. La spiritualité c’est comprendre sa place dans l’univers, cela fournit une profonde liberté ».

Vandana Shiva

« Le véritable employeur est la pluie, le soleil, la montagne… nous n’avons pas besoin des multinationales, la monnaie n’est qu’une idée, nous n’en avons pas besoin. Il nous faut retrouver le sens de coûts raisonnables par le local. Le contentement apporte le bonheur quand on est guidés par des valeurs fortes ».

Satish Kumar

« Tu peux acheter du plaisir au marché, du bonheur non. Descends profondément en toi et prends le temps pour trouver l’équilibre entre science et spiritualité (corps et esprit) ».

Surinder Singh

« L’homme qui veut s’instruire doit lire puis voyager pour rectifier ce qu’il a appris ».

Giacomo Casanova

« Les fondements de la nature sont dans la nature. Quand un arbre naît d’une graine, il n’y a pas de cerveau mais une intelligence est à l’œuvre ».

Pierre Rabhi


« Au paléolithique, l’homme était chasseur-cueilleur, l’homme est intégré et lié à « l’esprit de la nature », connecté à son instinct et à son cœur. Depuis le néolithique, l’homme s’est sédentarisé, il cherche à devenir maître la nature, à la dominer et se basant uniquement sur la raison. Descartes et le siècle des lumières ont accentué la séparation homme-nature. L’animal-machine qu’est devenu l’homme nous a amené à être déconnecté de nous nous-même, on ne sait pas comment gérer nos émotions instinctives et naturelles. On a perdu le lien avec le corps. »

Frédéric Lenoir

« Nourrir sa capacité d’observation et d’attention. Arrêter de penser à ce qu’on ne veut pas, vibrer positivement. Accorder sa vision du monde et ses pensée : penser pour la santé par exemple plutôt que contre la maladie. Montrer l’exemple, ne pas se cacher derrière un masque. Ce sont nos pensées qui créent la réalité. Montrer notre cohérence entre actes et paroles. Un changement de civilisation est en cours mais cela passe par le changement individuel de chacun. »

José Luis Tenoch

« L’homme a perdu conscience qu’il fait partie du tout, du cosmos. L’homme est une machine conditionnée, il lui faut retrouver l’amour de la terre mère. Le temazcal est une renaissance, les chants font remonter les peurs et les arrangements minables que l’on fait avec soi-même. Nous Nous ne sommes pas des hommes qui vivent une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels qui vivent l’expérience humaine. La réalité est une illusion de nos sens. Le corps est le véhicule pour que l’âme fasse l’expérience de la vie matérielle. »

Marco Quetzal

« On ne voit que ce qui est visible, qu’un seul côté de la création. S’ouvrir à une réalité plus sensible et subtile, le cœur, l’esprit. Pour s’apaiser et pouvoir s’observer, on peut faire le vide par l’intermédiaire de diverses méthodes : des thérapies, la méditation, le yoga…

Au matin (représente un état de paix intérieure), la surface du lac est paisible, on peut en voir le fond alors que l’après-midi (représente un état d’agitation intérieure), quand le vent s’est levé, la surface de l’eau est agitée, on ne peut plus discerner clairement ses profondeurs. Le lac représente l’humanité dont nous faisons tous partie, chaque goutte d’eau que nous sommes. Nous irons tous tôt ou tard rejoindre la mer, l’esprit universel.

Notre mission est de nous relier à cette petit part du divin. Nous sommes tous « un », on divise tout alors que ce qui existe vraiment c’est l’unité. Cela implique de rester dans l’instant présent, sans jugements ni attentes particulières.

Chaty Secaira

« La science du 20eme siècle a redécouvert ce que le Bouddhisme nous a appris depuis 2500 ans : L’interdépendance. Que nous sommes tous des poussières d’étoile ! La science moderne l’a récemment démontré, si deux particules ont un jour interagit, qu’on les sépare ensuite à la distance d’Andromède (plusieurs années lumières) et qu’on agit sur l’une, l’autre le sait alors instantanément : Nous sommes tous connectés les uns aux autres.

La science n’est pas le seul moyen de voir le réel, il y a d’autres fenêtres comme le Bouddhisme. Inspirons-nous de grands penseurs tels que Bouddha, le Christ ou encore, plus récemment de grand poète comme Rimbaud ou Baudelaire. »

Trinh Xuan Thuan

« Notre conscience est limitée, c’est notre plus grand problème. Le « Worldview Literacy Project » de l’Institute of Noetic Sciences étudie comment les perçoivent la réalité selon une large gamme de paramètres telle que la génétique, la culture, l’enfance, leurs expériences, etc. Il ressort de cette étude qu’il ne faut pas s’identifier à la forme : nos pensée et nos croyances sont juste nos croyances et nos pensées. Elles ne sont pas ce que nous sommes vraiment, ce sont des hypothèses en cours d’élaboration. Cela nous invite à prendre du recul pour ne pas considérer notre vécu comme la réalité. »

Cassandra Vieten

« Le monde n’est qu’un reflet de nos croyances collectives. L’extinction qui a actuellement lieu est dû à nos comportements. Il nous faut changer notre système de croyances ! La population accepte l’histoire qu’on lui raconte. L’évolution est un combat, il faut se battre pour survivre ! c’est notre monde. Nous cherchons actuellement de nouvelles réponses. l’individu fait partie du tout, il nous faut apporter l’harmonie dans notre environnement. Nous ne sommes qu’un individu, qu’un système. En tuant la nature nous nous tuons nous-même. Chaque fois qu’un nouveau système de pensée naît, cela crée une nouvelle vérité : celle d’une nouvelle société consciente de son interdépendance et proche de la nature. Prenons soin de la planète comme des locataires, ou un jardinier dont la plus grosse erreur serait de vouloir dominer la nature. Prenons en soin, faisons lui confiance et faisons avec elle. »

Bruce Lipton

"Les régimes politiques actuels sont des états dégradés de la démocratie, pour beaucoup des oligarchies qui possèdent les modes de diffusion de masse. Ces systèmes sont inadaptés à la crise écologique planétaire. Le capitalisme a vécu son apogée et est à présent phase de dégradation. La question qui se pose aujourd’hui est, le système va-t-il se diriger vers un post-capitalisme juste qui va rend le pouvoir aux citoyens pour leur permettre de faire évoluer la société ou va-t-on se diriger vers un capitalisme crispé sur ses positions qui va se résoudre par la violence ? Les experts et les médias rabâchent systématiquement 3 messages : Le système libéral est le meilleur, laissez faire les experts ils s’occupent de tout, la technologie va résoudre tous nos problèmes. Le modèle est pourtant déjà mort, on s’acharne à le maintenir en vie. La société civile innove mais il faut laisser tomber l’idéologie majoritaire du vieux monde. Dirigeons nous vers l’élégance de la modération. Renonçons à l’ancienne vision pour innover en sortant du cadre."

Hervé Kemft

« Tout est possible tout de suite, nul besoin de lire tous les livres, appliquons des solutions qui transforment le monde immédiatement : l’amour, la joie, le rire. Ils sont dans le cœur de chacun ! Sauf que bon nombre d’entre nous ont un papier mouillé sur le cœur, le feu ne prend plus. Il n’y a pas de développement extérieur sans développement intérieur. Faisons en sorte que les gens se sentent valables. Partout dans le monde les gens coopèrent et innovent, montrons que d’autres voies sont possibles. »

Marianne Sébastien

« Le vrai challenge est de croire en nos capacités. Croire en le pouvoir de la communauté de la terre, locales et puissantes. Il n’y a pas de société, que des individus. »

Vandana Shiva

©2018 by Clarence & Vincent
CycleHope project